1887
Euroroundup Open Access
Like 0
This item has no PDF Download

Abstract

La prévention des accidents d’exposition au sang est la stratégie de prévention primaire pour réduire, chez les professionnels de santé, le risque d’infections professionnelles transmises par le sang. Il est important que ces professionnels soient conscients de l’importance de la déclaration de toute exposition en termes médicolégal et clinique, et qu’ils aient un accès immédiat aux consultations spécialisées afin de bénéficier de conseils adaptés, d’un traitement et d’un suivi. La vaccination contre le virus de l’hépatite B (VHB) et le contrôle de la réponse immunitaire spécifique anti-VHB avant l’embauche sont fortement recommandées. Les professionnels de santé qui présentent un taux d’anticorps anti-VHB post-vaccinal supérieur ou égal à 10 mIU/mL, un à deux mois après vaccination complète sont considérés comme répondeurs. ,. Les répondeurs étant protégés contre l’infection à VHB, les rappels de vaccination ou les dosages réguliers du taux d’anticorps ne sont pas recommandés. En cas de non réponse au vaccin, des stratégies alternatives devront être adoptées. Devant la présence d’anticorps anti-HBc isolés, chez les professionnels de santé, une recherche d’IgM anti-HBc et d’ADN VHB devra être réalisée. Si elle est négative, la réponse anti-HBs à la vaccination permettra de distinguer une infection ancienne (anti-HBs ≥50 mIU/ml 30 jours après la première dose de vaccin : réponse anamnestique) d’un faux positif (anti-HBs ≥10 mIU/ml 30 jours après la troisième dose de vaccin : réponse primaire). Les vrais positifs sont protégés contre une réinfection et la vaccination n’est pas nécessaire. La prise en charge d’une exposition professionnelle au VHB varie selon la susceptibilité des professionnels exposés et le statut sérologique de la source. En cas d’indication, une prophylaxie post-exposition au VHB comportant le vaccin anti-VHB, ou des immunoglobines anti-HVB, voire les deux, doivent être administrés le plus rapidement possible (dans un délai de un à sept jours). En l’absence de prophylaxie contre le virus de l’hépatite C (VHC), un suivi des expositions au VHC dépendra de la décision d’un traitement antiviral ou non en cas d’infection aiguë. Il faut rechercher chez les personnels de santé, les anticorps anti-VHC au moment de l’accident d’exposition puis le vérifier 6 mois après, et jusqu’à 12 mois après en cas de co-infection VIH-VHC de la source. Si un traitement est préconisé en cas d’infection aiguë, le contrôle des ALAT (alanine aminotransférase) doit être effectué dès l’exposition puis tous les mois pendant les quatre mois qui suivent , la mesure de ’ARN VHC étant réalisée en cas d’élévation.

Loading

Article metrics loading...

/content/10.2807/esm.10.10.00573-fr
2005-10-01
2017-11-20
http://instance.metastore.ingenta.com/content/10.2807/esm.10.10.00573-fr
Loading
Loading full text...

Full text loading...

/deliver/fulltext/eurosurveillance/10/10/art00573-fr.htm?itemId=/content/10.2807/esm.10.10.00573-fr&mimeType=html&fmt=ahah
Comment has been disabled for this content
Submit comment
Close
Comment moderation successfully completed
This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error