Eurosurveillance banner




Announcements
Read our articles on the ongoing Ebola outbreak in West Africa

Follow Eurosurveillance on Twitter: @Eurosurveillanc


In this issue


Home Eurosurveillance Monthly Release  2006: Volume 11/ Issue 9 Article 4 Printer friendly version
Back to Table of Contents
en es fr
Previous Next

Eurosurveillance, Volume 11, Issue 9, 01 September 2006
Surveillance report
La surveillance de la lymphogranulomatose vénérienne rectale en France, 2004-2005

Citation style for this article: Herida M, de Barbeyrac B, Sednaoui P, Scieux C, Lemarchand N, Kreplak G, Clerc M, Timsit J, Goulet V, Desenclos JC, Semaille C. La surveillance de la lymphogranulomatose vénérienne rectale en France, 2004-2005. Euro Surveill. 2006;11(9):pii=647. Available online: http://www.eurosurveillance.org/ViewArticle.aspx?ArticleId=647

 

M Herida1, B de Barbeyrac2, P Sednaoui3 C Scieux4, N Lemarchand5, G Kreplak6, M Clerc2, J Timsit7, V Goulet1, JC Desenclos1, C Semaille1

1. Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France
2. National Reference Centre for Chlamydia infection. Université Bordeaux 2, Bordeaux, France
3. Institut Alfred Fournier, Paris, France
4. Bacteriology Laboratory. Hôpital Saint-Louis, Paris, France
5. Hôpital Léopold Bellan, Paris, France
6. Bacteriology Laboratory Chemin Vert, Paris, France
7. Hôpital Saint-Louis, Paris, France

 


La lymphogranulomatose vénérienne (LGV) est une infection sexuellement transmissible (IST) due aux souches de Chlamydia trachomatis appartenant au génotype L1, L2 ou L3.
Une alerte portant sur une épidémie de LGV chez des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes aux Pays-Bas a été publiée en janvier 2004. Les premiers cas de LGV rectale en France ont été diagnostiqués en mars 2004. En avril 2004, une surveillance sentinelle de la LGV était mise en place.
La plupart des centres participants étaient situés à Paris ou Bordeaux. Seuls les cas confirmés de LGV rectale étaient pris en compte dans cette surveillance. Des prélèvements rectaux positifs par PCR pour C. trachomatis étaient envoyés au Centre national de référence des infections à Chlamydia pour procéder au génotypage. Des données épidémiologiques de base fournies par les médecins traitants ainsi que les résultats du génotypage étaient adressés à l’Institut de veille sanitaire (InVS), où les données étaient enregistrées anonymement.
Fin décembre 2005, un total de 328 souches rectales de C. trachomatis isolées chez des hommes ont ainsi été génotypées et 244 (74%) appartenaient au génotype L2. Aucun génotype L1 ou L3 n’a été identifié.
Un diagnostic a été établi rétrospectivement pour 46 cas. L’âge médian des patients atteints de LGV était de 39 ans. Le statut par rapport au VIH était connu pour 96 patients : 82/96 (85%) étaient infectés par le VIH. La majorité des cas de LGV (92%) ont été diagnostiqués en région parisienne. Parmi les autres souches (26%) de C. trachomatis, les génotypes Da et G étaient les plus fréquents.
Comme pour la syphilis ces dernières années, l’émergence de la LGV en Europe touche essentiellement les homosexuels masculins infectés par le VIH. Le dépistage et le traitement des IST devraient faire partie du suivi clinique de cette population.

 
L'article complet est disponible en anglais

 

 



Back to Table of Contents
en es fr
Previous Next

Disclaimer:The opinions expressed by authors contributing to Eurosurveillance do not necessarily reflect the opinions of the European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) or the editorial team or the institutions with which the authors are affiliated. Neither ECDC nor any person acting on behalf of ECDC is responsible for the use that might be made of the information in this journal.
The information provided on the Eurosurveillance site is designed to support, not replace, the relationship that exists between a patient/site visitor and his/her physician. Our website does not host any form of commercial advertisement.

Eurosurveillance [ISSN] - ©2007-2013. All rights reserved
 

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. This site complies with the HONcode standard for trustworthy health information:
verify here.