1887
Editorial Open Access
Like 0
This item has no PDF Download

Abstract

L’étude menée par P Stefanoff et ses collègues [1] soulève deux questions importantes sur les encéphalites à tiques : l’absence d’une définition de cas acceptée par tous, et la qualité de la surveillance nationale des encéphalites à tiques. Idéalement, les cas déclarés devraient être confirmés et les cas cliniques avec atteinte du système nerveux central (SNC) devraient être séparés des cas fébriles sans manifestation neurologique. En Europe, la surveillance encéphalites à tiques varie d’un pays à l’autre et n’est pas toujours obligatoire. Les efforts pour aboutir à un diagnostic, en particulier dans les formes moins graves et chez les enfants, sont variables ; de même que la prise de conscience de la maladie dans les pays de faible endémicité. La seule base stable et adaptée à une surveillance nationale repose sur les cas présentant une maladie du SNC confirmée, bien qu’à l’échelon individuel, l’immunité vis-à-vis du virus de l’encéphalite à tiques après une maladie fébrile moins sévère ne soit pas dépourvue d’intérêt. Le ratio « sans atteinte neurologique » sur « atteinte du CNS » est de l’ordre de trois, mais il existe des différences régionales quant à la virulence. Les différences liées à l’âge ne sont pas connues.

Loading

Article metrics loading...

/content/10.2807/esm.10.01.00510-fr
2005-01-01
2017-11-24
http://instance.metastore.ingenta.com/content/10.2807/esm.10.01.00510-fr
Loading
Loading full text...

Full text loading...

/deliver/fulltext/eurosurveillance/10/1/art00510-fr.htm?itemId=/content/10.2807/esm.10.01.00510-fr&mimeType=html&fmt=ahah
Comment has been disabled for this content
Submit comment
Close
Comment moderation successfully completed
This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error